Les menaces anthropiques

Le braconnage

A Mayotte, la menace la plus importante est celle du braconnage (84% des cas de tortues mortes recensées). Ces dernières sont souvent retrouvées au petit matin sur les plages après avoir été tuées par les braconniers durant la nuit lors de leur venue sur les plages afin de pondre. Le nombre de tortues vertes braconnées par année varie de 80 à plus de 430. Au cours de l’année 2012, c’est 96 cas de braconnage qui ont été recensés (REMMAT).

Les plages concernées à Mayotte sont celles de Petite-terre (Papani, Poudjou, Aéroport océan) mais aussi Grande-terre (Apondra, Mtsoumbatsou, Chanfi, Chanfi titi, Préfet, Ilot Mtsamboro, Mtsanga Nyamba, Charifou, Saziley).

Face à cela, et afin de pouvoir réaliser le suivi à long terme des causes de mortalité des tortues marines à Mayotte, le Réseau d’Echouage Mahorais de Mammifères marins et de Tortues marines a été créé en 2010. Voir la page REMMAT.

La pêche

Les tortues marines sont fréquemment capturées de manière accidentelle par les palangrottes et les filets, sur les herbiers ou en pleine eau. A Mayotte, entre 111 à 256 tortues marines seraient victimes de captures accidentelles chaque année et représente une des menaces les plus importante.

Le développement des activités humaines

La destruction des habitats de ponte et d’alimentation

Les habitats d’alimentation et/ou de ponte sont principalement détruits par l’accroissement des activités humaines sur les herbiers marins et les récifs coralliens.

Les lieux de ponte telles que les plages sont également impactées par le développement des activités humaines. La présence de sources de lumières sur les plages tels que les feux ou les éclairages vont impacter le comportement des tortues marines et vont provoquer leur fuite.
La végétation littorale joue donc un rôle important dans l’atténuation des nuisances lumineuses d’arrière-plage mais aussi dans le maintien du haut de la plage et dans la régulation de l’échauffement des nids au soleil. Malheureusement sur certaines plages, cette végétation littorale ont subi un recul à cause de l’activité touristique (feu, piétinement, déchets).

Perturbation intentionnelle

A Mayotte, les tortues marines sont victimes de perturbations intentionnelles sur certaines plages de ponte de part l’accroissement important de la fréquentation par le public et les touristes. De ce fait, certaines plages de pontes mahoraises comme Moya ou Saziley accueillent environ 5000 visiteurs par an. Le site de N’Gouja, attire plus de 45 000 visiteurs par an.

Le manque de sensibilisation et d’encadrement du public sur les plages mettent en péril les habitats des tortues marines. A noter que la perturbation intentionnelle est interdite par le code de l’environnement.

Risques de collisions

Les risques de collisions sont nombreux étant donné l’augmentation des acteurs présents en mer tels que les opérateurs touristiques, les flottes de plaisance ou les pêcheurs. Le plus grand danger pour les tortues marines est la présence d’hélice de bateau pouvant causer des blessures mortelles. A Mayotte, d’autres activités telles que le kite-surf sont pratiqués sur les platiers qui accueillent de nombreuses tortues vertes.

La pollution

La pollution par les hydrocarbures

La pollution par les hydrocarbures est une réelle menace pour les tortues marines, notamment pour les aires d’alimentation et les plages de ponte. Les tortues marines peuvent être également directement touchées puisqu’elles remontent en surface et rencontrent alors les nappes de pétroles.

Il faut noter que malgré la convention MARPOL qui prévient et contrôle les pollutions par l’huile ainsi que d’autres substances nuisibles, des dégazages sont encore constatés dans le canal du Mozambique.

La micro-pollution des masses d’eaux

A Mayotte, la qualité des masses d’eau marines du lagon est moyenne voire médiocre du fait d’un développement urbain important lié à une gestion des eaux usées non maîtrisée. Ceci provoque l’altération de l’environnement lagonaire et la dégradation des récifs coralliens, habitats des tortues marines. L’impact direct de la pollution des masses d’eau sur l’état sanitaire des tortues marines n’est quant à lui pas connu.

Les macro-déchets

La pollution par les macro-déchets est une menace importante pour les tortues marines, notamment à Mayotte ou des quantités importantes ont été recensées dans les milieux aquatiques. Ces macro-déchets suivent des courants océaniques et se retrouvent en quantité importante dans certains secteurs. Ils sont ingérés par confusion avec une source alimentaire par les tortues marines causant des lésions internes et pouvant obstruer le tube digestif et à terme provoquer des occlusions intestinales.

La pollution lumineuse

La pollution lumineuse représente le dérangement lié aux sources lumineuses de natures diverses telles que l’éclairage public, les feux sur les plages, les lampes, les flash d’appareils photos… Toutes ces sources lumineuses ont un impact négatif sur les tortues marines adultes ou juvéniles. En effet, les femelles y sont sensibles lors de la montée sur les plages et peuvent s’arrêter et retourner à la mer. De manière générale, les femelles adultes privilégient les plages non éclairées comme site de ponte.
De plus, pour les nouveaux-nés, la lumière représente le signal visuel nécessaire afin de localiser la mer après l’émergence. La présence de sources lumineuses sur les plages attire donc ces nouveaux-nés, les empêchant de trouver la mer et augmente leur risque de se faire prédater.

Prédation par les chiens errants

La prédation des tortues marines par les chiens errants est une menace importante puisqu’elle va touchée les tortues marines à tous les stades : oeufs, juvénile et adulte (femelles nidifiantes).
En effet, les chiens errants peuvent déterrer les nids et consommer les oeufs, s’attaquer aux juvéniles mais aussi aux femelles venant pondre sur les plages, affaiblies par la montée, parfois difficile. A Mayotte, depuis 2002, près d’une trentaine de femelles ont été retrouvées mortes à la suite de blessures infligées par les chiens errants. De plus, en un an, 149 nids détruits par les chiens ont été recensés.

Source: Plan national d’action des tortues marines-volet Mayotte, REMMAT

Une réflexion sur “Les menaces anthropiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s