Que faire ?

Il existe de très nombreux acteurs de la protection des tortues marines et de leur habitat. Des organismes d’état ainsi que des associations œuvrent pour que ces espèces protégées voient leurs populations grossir à nouveau et repeupler le lagon. Il est toutefois possible d’agir chacun à notre échelle et ainsi contribuer à effectuer la part du colibri pour avancer dans la protection des écosystèmes mahorais. Oulanga Na Nyamba vous propose quelques solutions pour que vous puissiez, vous aussi, devenir acteur de votre environnement et cadre de vie.

La part du colibri

Jeter ses déchets dans des contenants dédiés

La problématique des déchets ressort comme étant l’une des plus préoccupantes à Mayotte. En ville, sur le bords de routes, autour des habitations comme sur les plages, des tonnes et des tonnes de déchets sont jetés. Ces ordures sont lessivés par la pluie qui emmène avec elle microparticules de plastiques, produits chimiques souvent toxiques et polluants en tous genres. Cette problématique relève autant de la santé publique que de celle de nos écosystèmes.
Pourtant la solution semble simple. Chacun doit faire attention à bien jeter ses déchets dans les poubelles prévues à cet effet et non pas en se débarrassant des emballages et autres ordures directement dans la nature. Le tri des déchets n’est plus à négliger car il permet leur recyclage et donc une limitation de leur production.
Il serait également intéressant de chercher à limiter ces déchets. Lorsque l’on fait ses courses, il suffit d’emporter avec soi un sac réutilisable, que beaucoup de grandes surfaces proposent aujourd’hui. De même, emporter ce sac et refuser les sacs plastiques proposés sur les marchés serait un vrai pas en avant dans la réduction des déchets à Mayotte. Réduire sa production de déchets revient aussi à réduire le coût des courses…

 

 

Refuser de consommer de la viande de tortue marine

Traditionnellement, certains plats mahorais sont faits à partir de viande de tortue. Il semble toutefois important de rappeler que la chasse à la tortue est désormais interdite et tout braconnier est passible de 15 000€ d’amende ainsi que d’un an de prison. Consommer de la viande de tortue est donc illégal. De plus, les braconniers sont actifs car il y a une demande de la part de consommateurs. Si la demande est freinée et disparaît, alors il n’y aura plus de marché pour ces braconniers. Cela diminuerait considérablement la pression aujourd’hui exercée sur les espèces de tortues marines venant pondre à Mayotte.
Lorsque l’on vous propose de la viande de tortue, la meilleure chose à faire est donc de refuser pour ne pas alimenter le marché et donc ne pas encourager ces braconniers. La viande de tortue peut être toxique si l’animal s’est nourri avec une certaine algue produisant une phycotoxine très dangereuse pour l’Homme. Vous attend une grave intoxication alimentaire voire la mort pour les plus fragiles.

 

Parler de l’importance de protéger les tortues marines autour de vous

Oulanga Na Nyamba a adopté une stratégie essentiellement tournée vers la sensibilisation car l’Homme est cause de la plupart des problèmes mais aussi solution. Si chacun était conscient de l’importance de la protection de l’environnement et de la forte valeur ajoutée que constituent les écosystèmes marins pour Mayotte, alors une grande part de la pression serait relevée. L’importance du tri des déchets et de leur ramassage n’est pas forcément encore bien compris de tous. Parler avec son voisin et discuter de ces problématiques permet de se remettre en tête ce qui est essentiel. En expliquant, chacun peut faire de même et à son tour réaliser sa part du colibri, devenir acteur de la protection des tortues marines et de leur habitat et ainsi contribuer à un meilleur cadre de vie.

 

Soutenir Oulanga Na Nyamba

Afin de palier ses différentes menaces anthropiques et chercher à y mettre fin, vous pouvez également agir à nos côtés en venant grossir nos équipes. Si vous n’avez pas le temps de nous aider physiquement dans nos actions, il est possible de nous donner un petit coup de pouce financier.
Pour savoir comment nous rejoindre, cliquez ICI.
Pour faire un don à l’association, cliquez ICI.
Pour adhérer à l’association, cliquez sur l’image ci-dessous.

Faites un don (4)

Publicités